Interview : Ryuji SHIRAKAWA sensei

"Pour la magnificience de l'Aikido"



On ne le présente (presque) plus, et dès le premier visionnage, impossible d'oublier son style ample, fluide et la précision de son travail.

Né en 1980 à Sendai dans la préfecture de MIYAGI, il débute l'Aikido à l'âge de 15 ans auprès de son père Katsutoshi SHIRAKAWA shihan 7ème DAN qui est également prêtre Shinto.

A 23 ans il devient élève en uchi-deshi de Yasuo KOBAYASHI shihan 8ème dan.

Aujourd'hui Directeur de la fédération Aikikai d'Aikido de la préfecture de Miyagi, il officie principalement dans 2 dojos de la ville de Sendai.

Au total pas moins de 15 clubs dans la préfecture de Miyagi, 2 dans celle de Fukushima et 1 pour Hokkaido



C'est avec une pleine gentillesse qu'il a accepté de répondre à mes questions pour une première interview destinée aux Français !




Qui a été votre modèle (quel sensei) au début de votre pratique, qui est votre modèle (vos modèles) aujourd’hui, et pour quelles raisons ?

J’ai appris l’Aikido de mon père.

Mon père est spécialiste en Aikido et en Shintoïsme et fût mon premier modèle. 

J’ai appris certes des kata d’Aikido, et tout à la fois des points de vue souples vis-à-vis des exercices en Aikido, comme ne pas mettre cela dans un cadre, mais qu’un kata puisse rester libre (sans limite).

Toutes les techniques de base de UESHIBA Morihei sensei sont de très bons modèles de technique, je pense que ses techniques sont claires, faciles à comprendre pour tous et gracieuses, et qu’elles restent le standard de l’Aikido dans le monde entier.

Pour ma part, en donnant de l’importance aux mouvements de base, je recherche et réalise mon propre Aikido en croyant très fortement en la grande possibilité de l’Aikido.



Que recherchez-vous, que ressentez-vous dans la pratique ?

Je sens qu’il y a une infinité de possibilités dans l’Aikido, lorsque l’on s’entraine sérieusement.

L’infinité de possibilités indique que le corps et l’esprit peuvent réellement se renforcer, aussi profondément qu’un art de défense, en améliorant les techniques on peut considérablement évacuer le stress, stabiliser l’esprit, forger la personnalité, que cela constitue une excellente méthode pour garder une bonne santé etc..

Je ressens que dans l’Aikido, en plus de devenir fort, sans avoir à combattre un adversaire, l’on découvre beaucoup de possibilités selon notre façon de s’entraîner.

Je souhaite moi-même affiner ma sensibilité du corps et perfectionner mes techniques en passant par l’Aikido. Et les techniques changent conformément avec l’âge, la force et la façon de penser .

Si bien que je souhaite exprimer tout mon être actuel grâces aux techniques de l’Aikido.

Aussi, je veux par moi-même faire valoir que l’Aikido est une bonne méthode pour préserver la santé du corps et l’esprit.

Si l’on fait de bons exercices, le corps deviendra souple et fort, l’esprit stable. Je veux tout simplement continuer de pratiquer l’Aikido tout ma vie, pour développer toujours un esprit et un corps sains, souples et forts.



Quelle est votre vision du role de uke, qu'est ce qu'un bon uke selon vous ?

Uke en Aikido est très important. Tori change en fonction de uke.

Il est important pour uke d'accepter la puissance de tori le plus naturellement possible.

Un bon travail de uke est un exercice qui permet de sentir finement la puissance de l’adversaire et d'y réagir. Aussi, uke apprend et appréhende les techniques en ressentant le courant, la communication de la force de l’adversaire.

Il faut accueillir doucement et naturellement l'attaque de votre adversaire. Vous devez transmettre délicatement votre réaction à l'attaque de votre adversaire, tout en harmonie avec sa technique. C'est important.

Mais, j