top of page

GION MATSURI 祇園祭 Kyoto



Tout Kyoto est d’humeur festive pendant cette période. Il est l’un des plus grands festivals du Japon. Les commerces habillent le trottoir de stands en tout genre le long du parcours de la procession, et certaines maisons anciennes ouvrent leurs portes ou fenêtres, laissant entrevoir certaines décorations ou autres apparats aux visiteurs qui pourront profiter de nombreux trésors de la culture japonaise transmis de génération en génération.

Avant les processions, tous les quartiers traditionnels sont illuminés et décorés avec des lanternes, des tentures et des bannières de fleurs. La nuit du 16 au 17 juillet s’appelle yoiyama 宵山. Pendant les deux nuits précédentes, appelées yoiyoiyama 宵々山 le 15 juillet et yoiyoiyoiyama 宵々々山 le 14 juillet, les rues sont réservées aux piétons et les yatai des vendeurs ambulants s’y installent.



L’histoire du matsuri commence à l’époque d’Edo, à partir du 17ème siècle.

En 869, alors que Kyoto est encore la capitale du Japon, tout le pays est frappé par la peste. L’empereur envoie alors son messager spécial au sanctuaire Yasaka Jinja prier pour la fin immédiate de la terrible peste. Il ordonne également au sanctuaire d’ériger soixante-six hallebardes représentant les soixante-six provinces du pays.


La terrible peste a disparu. En remerciement, les habitants de Kyoto célèbrent chaque année cet événement.


Pendant le matsuri, la divinité représentée par chaque char est transférée depuis son sanctuaire jusqu’à un endroit spécial pour la durée du festival, puis sera rapportée dans son lieu d'origine à la fin. Les deux rituels sont naturellement très importants : l'un pour accueillir la divinité et l'autre pour la ramener à sa place d'origine.


Les sanctuaires portables, ou chars mikoshi, jouent un rôle important dans les deux rituels pour porter l'esprit de la divinité. Les mikoshi sont portés sur les épaules et défilent dans le quartier. Ensuite, les mikoshi sont temporairement placés dans un endroit spécial appelé otabisho jusqu'à ce que la divinité soit renvoyée au sanctuaire d'origine. Le rituel pour transporter la divinité s'appelle le festival Shinko-sai tandis que celui qui rend la divinité s'appelle le festival Kanko-sai.

La procession de chars avant le festival shinko-sai s'appelle saki matsuri (l'ancienne procession) et la procession avant le festival kanko-sai s'appelle ato matsuri (la dernière procession). Par conséquent, le festival original de Gion matsuri avait l'habitude d'avoir deux processions de chars.

Le saki matsuri et l'ato matsuri avaient des itinéraires de procession différents. Le saki matsuri démarrait sur la rue Shijo d'ouest en est, tournait vers le sud sur la rue Teramachi, puis vers l'ouest sur la rue Matsubara. L'ato matsuri allait sur la rue Sanjo d'ouest en est, tournait vers le sud sur la rue Teramachi, puis vers l'ouest sur la rue Shijo.

Pendant la période de forte croissance économique du Japon, les itinéraires des processions ont dû être modifiés en raison de l'augmentation du trafic automobile sur les routes. En 1966, le saki matsuri et l'ato matsuri ont été fusionnés en une seule procession qui a eu lieu le 17 juillet jusqu'en 2013.


Cependant, depuis 2014, le Gion matsuri a retrouvé sa forme originale. Afin de réussir fidèlement la tradition de la fête, des processions ont recommencé à se tenir deux fois. Enfin, la forme originale du festival qui existe depuis plus de 1000 ans est revenue au présent.






 


Comentários


bottom of page