SUMO

La lutte ancestrale : des titans sacrés et vénérés

 

« Le dohyô est un espace étrange. Ce cercle de quelque quatre mètres et demi de diamètre recèle en lui toutes les ressources pour vaincre et, en même temps, autant de pièges qui mènent à la défaite.

A partir du centre, la distance à franchir est d'à peine deux mètres vingt-cinq si l’on est expulsé en ligne droite. Et pourtant, quand on tourne en rond le long de sa lisière, on peut continuer indéfiniment sans jamais en sortir. L’espace, aussi délimité matériellement soit-il, est en même temps infini. »  

 

. Kazuhiro KIRISHIMA*, l’un des grands noms du Sumo qui a profondément marqué la décennie des années 1984 à 1996.

 

Monuments sacrés d’obéissance et de discipline, les lutteurs de Sumo sont appelés RIKISHI, (le terme sumotori désigne plutôt le débutant et est très peu employé au Japon), ils échappent à l’anonymat dans un Japon dur pour les petits et les faibles.

 

L’on dénombre environ 660 lutteurs dans tout le Japon répartis dans 47 écuries ou heya.

 

Description et histoire.

 

Mentionné pour la première fois en l’an 712 dans le Kojiki ou « Chronique des faits anciens », le plus ancien livre japonais connu, relatant la victoire à mains nues de deux dieux anciens Takemikazuchi contre Takeminakata lors d’un combat de Sumo. C'est par cet acte que le peuple mené par Takemikazuchi obtint la possession des îles japonaises et que fut fondée la famille impériale dont est issu l'actuel empereur. Hormis ce que les Japonais gardent de cet écrit au 8ème siècle, il est impossible de savoir exactement, à part par les légendes, quand le Sumo se développa au Japon. Cependant, des peintures murales nous indiquent que ses origines sont vraiment très anciennes.  

Les japonais considèrent le sumo comme un gendai budo (現代武道, un art martial japonais moderne).

 

Trois types de Sumo se sont succédés :

- le sechie-zumo, aux fortes composantes religieuses, qui se déroulait devant l’empereur et qui évolua en shinji-zumo (sumo à orientation religieuse).

- le joran-zumo (Sumo guerrier), qui vit l’évolution des techniques de saisie pour s’adapter au port des armures (kumi-tachi) et qui, s’enrichissant de coups frappés, fut à la base du ju-jutsu.

- le kanjin-zumo, que l’on peut qualifier de Sumo professionnel, puis sportif, dès la fin du XVIe siècle et encore davantage sous la période Edo (Edo-jidai : 1603 – 1867) où les tournois devinrent de véritables spectacles.

 

L’époque Meiji, après 1868, donna au Sumo sa configuration actuelle et définitive.

Ritualisé à l’extrême et en totale harmonie avec le shinto, le Sumo célèbre la nature divine de toute chose et constitue aussi un rituel agricole de prière pour la bonne récolte. 

 

Le Sumo associé au Shinto.           

 

Les rikishi sont considérés comme des messagers des Dieux.

Le shinto (shintoïsme) ou « la voie des dieux » est une religion étroitement liée à la mythologie japonaise. 
Le shinto est centré sur les rapports entre le monde naturel et ses habitants. Il s’efforce de maintenir l’équilibre vital entre les hommes et la nature par des rituels de purification. Le concept de kegare ou « souillure rituelle » est fondamental.

Autrefois les lutteurs s’affrontaient avant les périodes de récoltes pour apporter chance et opulence.

 

Les écuries, lieu de pratique quotidienne : la heya (ou sumo-beya) et son dohyö.

 

La vie dans une heya est celle d’une grande famille.  Un rikishi n’est jamais seul, il fait toujours partie d’un clan dirigé par l’oyakata, l’entraineur (lui-même ancien lutteur de haut rang en « retraite ») mais aussi le gérant de la heya et un juge lors des tournois, lui et son épouse font souvent office de parents et les lutteurs provenant de toutes les couches sociales confondues s’engagent sur plus de dix ans au profit de la heya.

Un lutteur aura un ou plusieurs noms différents ou shikona, comme « grande tempête de sable » par exemple choisis par l’oyakata, il retrouvera son vrai nom lorsqu’il prendra sa retraite.

Ici règne une discipline fortement hiérarchisée, pas de catégorie de poids : seul le nombre de victoires accumulées lors des 6 grands tournois annuels donne accès à un grade supérieur.

L'arène représente un cercle au sol de la salle d’entrainement fait de corde tressée et s’appelle dohyô.

Un diamètre de 4m55 constitue le centre sacré de l’établissement.

Jusqu'en 1965, les lutteurs d'une même heya ne pouvaient pas se rencontrer lors des tournois officiels.

 

Les repas, la nourriture.

Prendre 10KG par mois en 1 nécessite courage et logistique, et pour cela un seul mot : le chanko-nabe, la potion magique !

 

Il s’agit d’un gigantesque pot-au-feu de poissons, viandes et légumes relevé de miso (pâte de soja fermenté utilisée dans la préparation de nombreux plats japonais dont la fameuse soupe miso) et de sauce soja sucrée, accompagné de plusieurs bols de riz. Certains rikishi vous diront qu’ils remplacent parfois un bol de riz par un verre de sake : tout aussi calorique.

Seulement 2 repas par jour, le midi et le soir pour une consistance chacun de 8 000 à 10 000 calories (ce qui équivaut à une vingtaine de Big-Mac).. exercice parfois difficile de grossir, mais l’entraineur peut aussi les forcer à manger.

La prise de poids pour un lutteur servira à faire baisser son centre de gravité.

 

Tu seras Sumo, le film

Apprentissage et entrainements ou keiko.

 

On entre au Sumo comme on entre à l’armée.

Ce n’est qu’à partir de 15 ans lorsque l’on a terminé ses études au collège que l’on peut entrer dans une heya. Il faudra mesurer au moins 1m67 et peser au moins 77kg, la limite d’âge pour débuter se tient à 23 ans. 

Premiers levés à 5 heures du matin, derniers couchés et de toutes les corvées, mais aussi de toutes les humiliations les victimes désignées, les débutants sont les esclaves des ainés à qui ils doivent soumission et obéissance, en faisant tout leur possible pour rester inflexibles aux diverses brimades et vexations.

Généralement les entrainements se déroulent chaque matin et durent 3 premières heures de 5h à 8h pour des exercices d’endurance, de souplesse et de force, puis suivront 3 autres heures de travail spécifique au combat. Et bien évidemment avec plus de 30 heures de pratique par semaine, seuls les plus résistants tiennent et continuent.

L’entrainement se compose de beaucoup d’étirements, grand écart facial ou mata-wari de pompes et de poussées sur les murs et frappes sur un très gros poteau en bois nommé teppo, nécessaire au développement de la force et au renforcement des articulations des bras, ou en frappant le poteau avec les épaules.

Certains pratiquent également la nage en apnée en dehors des heures d’entrainement.

Il est très important pour un rikishi d’acquérir un centre de gravité très bas et pour ce faire, on pratique le suri-ashi : il s’agit d’avancer, avancer, et avancer encore,  sans décoller les pieds du sol, en position mi-accroupie, jambes écartées et buste en avant en faisant indéfiniment le tour du cercle de corde du dohyo..

Vient alors l’exercice du shiko bien connu, qui consiste à lever tour à tour chaque jambe sur le côté en se tapant sur la cuisse, ce geste entier étant destiné à écraser les forces du mal. 

Pour finir, le butsukari-keiko sera effectué à 2 jusqu’à l’épuisement, debout le rikishi pousse son partenaire de travail sur la terre au sol préalablement humidifiée, debout le partenaire doit résister suffisamment de manière à se laisser repousser en glissant vers l’arrière sur ses pieds.

 

Il est parfois possible d’assister gratuitement à un entrainement sur inscription, certaines écoles le tolèrent : aucune demande par email n'est possible, il faut se rendre à la heya la veille pour demander si l'on peut venir regarder l'entraînement le lendemain matin !

Attention : toutefois soyez sûrs de pouvoir rester assis par terre sur un coussin pendant 2h (il est malvenu de quitter ce genre de lieu en plein milieu d’une séance), déconseillé donc aux enfants, et il faudra également veiller à garder le silence, voire se présenter avec un petit cadeau (biscuits ou autre), politesse japonaise conseillée.

 

La carte des écuries du quartier du Sumo à TOKYO :

http://ryogoku.weblogs.jp/sanpo/files/NigiwaiMap2008.pdf

 

Adresses de heya de TOKYO http://www.info-sumo.net/forum/archive/index.php/t-1795.html

 

Celle-ci possède un site en anglais, et propose de venir assister en téléphonant la veille pour le lendemain :

http://www.arashio.net/tour_e.html  (à priori le cours n'est visible que de la large fenêtre donnant sur la rue)

 

 

La tenue et la coiffure.

 

La ceinture qui fait office de seul uniforme est le mawashi, on ne le lave jamais pour ne pas attirer le mauvais œil mais un neuf sera remis aux combattants avant les combats annuels, généralement noir pour les lutteurs, blanc pour l’entraineur.

La coiffure très particulière s’appelle chon-mage, le mage qui représente une feuille de Gingko sera coupé lors du départ à la retraite du rikishi et il perdra aussi son nom de lutteur.

Il s'agit de la même coiffure que portaient jadis les samurai qui rasaient le dessus du crâne également.

Les arbitres ou gyoji, lors des combats portent des costumes traditionnels en soie basés sur le Japon médiéval.

Lors des tournois, au début lors la présentation des lutteurs, chacun est uniquement vêtu du grand tablier de parade brodé, le keshô-mawashi. Les couleurs sont chatoyantes, les dessins souvent originaux.

 

Ces habits coûtent très cher à ceux qui les financent. Constitué d’une grande pièce de soie allant de la taille aux chevilles du lutteur et couvrant uniquement l’avant. Sur cette pièce sont brodés au fil de soie, d’or et d’argent, le  « logo  » du lutteur : c’est en fait la plupart du temps celui de son sponsor, société commerciale, association de supporters, ou collectivité locale.

 

 

Les tournois ou hon-basho.

 

Le but d’un combat ou torikumi de Sumo :

 

Pousser ou projeter l’adversaire hors du cercle en paille du dohyo, ou lui faire toucher le sol par une autre partie du corps que les pieds.

Force et astuce, intimidation et intox, mais aussi d’autres vertus sont essentielles pour se tester, se jauger, se toiser afin de faire monter la pression dans une montagne de 180 kg.. juste avant les quelques secondes que durera le combat.

 

Mais jamais un mauvais geste, une frappe ou un coup bas qui seraient trop déshonorants, tout l’art du Sumo est d’utiliser la force dans une toute non-violence.  Pas de catégories de poids,  un lutteur peut se retrouver face à bien plus imposant que lui, et quand deux adversaires se trouvent à égalité pour la vitesse et le poids, c’est alors la "technique" qui entre en ligne de compte.

 

Le « temple » national des combats de Sumo à TOKYO s’appelle Ryogoku Kokugikan (quartier et métro Ryogoku) l’achat d’une place pour y assister coûte de 3 600 à 14 300 yens en fonction de l’emplacement dans le stade.

Chaque lutteur arrose le dohyo d’une poignée de sel avant son combat afin de le purifier, puis vient le shiko (lever tour à tour chaque jambe sur le côté en se tapant sur la cuisse), cette action peut être recommencée à plusieurs reprises en fonction du grade, puis on se fixe, c’est le shikiri, face à face poings au sol, on s’observe afin de créer une sorte d’accord spirituel qui permettra aussi d’élaborer la technique utilisée en fonction de l’adversaire.

On visionne et on re-visionne les vidéos des combats de ses futurs adversaires afin de réfléchir à la meilleure technique à adopter avec lui…. Et comment pouvoir y laisser réellement place sur les quelques secondes que constituent la bataille ?.

Le banzuke, est le document énumérant les classements des lutteurs professionnels de Sumo publié avant chaque tournoi officiel.

 

Les grands tournois ou hon-basho ont lieu tous les mois impairs dans différentes villes du Japon, Tokyo pour les mois de Janvier, Mai et Septembre, la ville d'Osaka celui de Mars, Nagoya pour le mois de Juillet et enfin Fukuoka pour le mois de Novembre. 

 

Programme annuel (source JNTO).

 

TOKYO
Janvier : du 1er ou 2ème dimanche au 3ème ou 4ème dimanche du mois.
Mai : du 1er ou 2ème dimanche au 3ème ou 4ème dimanche du mois.
Septembre : du 2ème au 4ème dimanche du mois. Kokugikan Sumo Hall, 1-3-28 Yokoami, Sumida-ku, Tokyo.

Tél. (03)3623-5111
Près de la gare JR Ryogoku (ligne Chuo) ou de la station Ryogoku (ligne Oedo).

 

OSAKA 
Mars : du 2ème au 4ème dimanche du mois.

Osaka Furitsu Taiikukaikan (Gymnase de la préfecture d'Osaka), 3-4-36 Namba Naka, Naniwa-ku, Osaka.

Tél. (06)6631-0121
Station Namba (lignes Midosuji et Sennichimae), gare de Namba (ligne Kintetsu Railway).

 

NAGOYA 
Juillet : du 2ème au 4ème dimanche du mois.

Aichi Ken Taiikukaikan (Gymnase de la préfecture d'Aichi), 1-1 Ninomaru, Naka-ku, Nagoya. Tél. (052)971-2516
5 mn à pied de la station Shiyakushomae (ligne Meijo).

 

FUKUOKA 
Novembre : du 2ème au 4ème dimanche du mois.

Fukuoka Kokusai Center Sogo Hall, 2-2 Chikko-Honmachi, Hakata-ku, Fukuoka. Tél. (092)272-1111
10 mn à pied de la station Gofuku-machi (ligne Hakozaki).

 

Le Musée du Sumo se trouve au rez-de-chaussée du Ryogoku Kokugikan à TOKYO.

http://www.sumo.or.jp/en/sumo_museum/close_calendar

Les grades.

 

Le yokozuna est le grade suprême du classement pouvant être attribué, le lutteur verra alors son titre entrer dans l’histoire, et il s’agit là d’un statut quasi divin.

 

Dénominations et salaires :

Dans l’ordre d’attribution : Juryo, Maegashira, Sanyaku, Ozeki, et Yokozona.

L’équivalent d’environ 11 300 à 24 500 dollars de salaires mensuels , mais les lutteurs de rang inférieur à jûryô, qui sont considérés comme des apprentis, ne reçoivent pas  de salaire, mais seulement un peu d’argent de poche (petite subvention).  

 

La percée des lutteurs étrangers, et des femmes-sumo.

 

Des lutteurs Slaves, Mongols, Hawaiens ou Egyptiens remportent aujourd’hui de nombreux combats.

 

Beaucoup de Japonais regrettent un peu la présence de ces grandes figures de champions étrangers mais à vrai dire surtout le manque de champions Japonais.. car il est devenu difficile de recruter de jeunes lutteurs au Japon alors qu’il était autrefois impossible qu’un non-Japonais puisse pousser la porte d’une heya.

Les jeunes préfèrent le Football, le Baseball, le Hockey sur glace. Les écoles doivent parfois recruter des lutteurs en lançant des appels à candidature ou en repérage au cœur d’autres disciplines, comme les arts martiaux.

 

Les femmes.

On trouve les premières traces du Sumo féminin appelé onna-sumo vers 500 après JC, et c’est en Octobre 2001 à l’occasion du 10ème championnat du monde qu’à été organisé le premier championnat féminin à Aomori au Japon : le shin-Sumo.

Pendant très longtemps les femmes furent interdites ne serait-ce que pour assister aux combats (aujourd’hui elles n’ont simplement pas le droit de fouler le sol du dohyo l’arène sacrée du Ryogoku Kokugikan à Tokyo).

Le onna-Sumo était pratiqué dans les maisons closes pour divertir les hommes et ce sport féminin fût définitivement interdit en 1926.

La fédération internationale de Sumo (FIS) désireuse de participer un jour aux Jeux Olympiques se voit alors contrainte d’ouvrir la lutte aux femmes :  en effet la principale condition pour qu’un sport puisse figurer aux jeux olympiques est que les femmes y soient aussi représentées.

Elles ont donc accès à un Sumo amateur et un seul établissement accueille des femmes rikishi , l’université Nichidai à Tokyo qui est aussi la plus grande du Japon.

 

Plus qu’un sport, le Sumo est une véritable école de la vie et du respect de l’autre, un travail quotidien acharné en vue d’acquérir force de caractère, discipline et courage.

 

 

Sophie ROCHE, pour Michel.

 

 

 

 

Pour aller plus loin..

 

 

 "Mémoires d'un lutteur de Sumo" de Kazuhiro Kirishima*

Pour une approche personnelle voici sa description du Sumo :

http://l-fujimori.perso.sfr.fr/Dohyo-fr.html et son Blog en français : http://michinoku-beya.com/  tiré de son auto-biographie superbement bien traduite en Français (ci-contre).

 

 

Le site officel du Sumo http://www.sumo.or.jp/En

 

 

 

Crédits photos :

- arrière-plan http://en.tengrinews.kz/

- Sumo au 19ème siècle http://factsanddetails.com/

- Heya, entrainement www.att-japan.net

- Combats : www.sumotalk.com 

- Rikishi : outsiderjapan.pbworks.com

- Femme Sumo jujitsupassion.canalblog.com

- Chanko-nabe www.essential-japan-guide.com

 

 

 

 

 Histoire-de-Voyager est né à KYOTO en 2013
  • Facebook
Voyages au Japon
Voyages au Japon
Voyages au Japon

Photographies Mers & Mondes 

Histoire-de-Naviguer

Paiements sécurisés